Jardiner

L’essentiel de l’approvisionnement alimentaire des Québécois repose sur des achats effectués dans des commerces alimentaires et autres points de vente, mais il est également possible de produire soi-même une partie de ses aliments, en particulier les herbes, les légumes et les fruits. Certains cultivent même des champignons ou, plus rarement encore, s’adonnent à de petits élevages (poules, lapins, poissons, etc.). On parle alors d’autoproduction.

L’autoproduction alimentaire peut être pratiquée dans :

  • des espaces privés, accessibles essentiellement à la famille ou à un voisinage très rapproché, comme dans le cas d’un potager domestique ;
  • des espaces partagés, ou semi-publics, accessibles à un groupe spécifique de personnes, comme un jardin communautaire, un jardin collectif ou un jardin d’établissement (sur le terrain d’une école ou d’une entreprise, par exemple) ;
  • des espaces publics, accessibles à tous, comme les aménagements paysagers comestibles et les places publiques jardinées .

Les aliments issus de l’autoproduction ne sont pas mis en vente; ils sont consommés, frais ou transformés, par les personnes qui les ont produits, leurs proches ou les usagers d’organismes à qui ils en font don. L’agriculture urbaine réalisée dans la région de Québec relève surtout, pour le moment, de l’autoproduction, mais les jardins d’établissement, en sol ou sur les toits, comme les jardins d’herbes et les ruchers de certains restaurants, se multiplient. On pourrait aussi voir se développer, au cours des prochaines années, des jardins urbains à visée commerciale .

Puisqu’il identifie des lieux d’approvisionnement facilement accessibles aux citoyens, le portail Manger local Québec répertorie essentiellement, pour le moment, des jardins communautaires et collectifs.

icône jardin rougeJardins communautaires

Les jardins communautaires sont constitués d’un ensemble de parcelles individuelles de jardinage, habituellement utilisés par des personnes résidant à proximité du jardin. Ces espaces sont loués aux membres sur une base annuelle, pour une somme généralement accessible à toutes les bourses. Pour vous inscrire, renseignez-vous auprès de votre bureau d’arrondissement, ou rendez-vous directement dans un jardin!

Jardins collectifs

Les jardins collectifs sont constitués d’une parcelle unique sur laquelle un groupe de personnes s’organise collectivement afin d’y produire des aliments. À la différence des jardins communautaires, qui sont associés d’abord et avant tout à une activité de loisir, les jardins collectifs ont tous une mission sociale explicite. Dans certains cas, les légumes, petits fruits ou herbes récoltés sont partagés entre les jardiniers et les jardinières. Dans d’autres cas, ceux-ci sont remis, en tout en ou partie, à des organismes communautaires oeuvrant dans le domaine de la sécurité alimentaire. La taille des groupes fréquentant les jardins collectifs varie de quelques personnes à plusieurs dizaines.

Avis important

Il revient ultimement au mangeur de vérifier la provenance et la qualité des produits offerts par les dispositifs présentés dans ce site. Le fait qu’un commerce ou une initiative collective soit présenté ici ne constitue pas une garantie ni une certification.

Jardins domestiques

Contribuez-vous à l’alimentation locale grâce à un jardin domestique ? Faites-nous le savoir. Décrivez-nous votre jardin!

2014 © Manger Local Québec
Illustrations par Anorak Studio